Les chasseurs jouent leur comédie

Par F.G., adhérente REV région Hauts de France

Les 1er et 2 septembre dernier, le parc du Palais Impérial de Compiègne (Oise) accueillait la « fête » chasse et nature. Elus politiques et têtes d’affiche parmi les chasseurs se sont donné la réplique pour narguer les anti chasse. Compte rendu.

Gérard Larcher, président du sénat, Xavier Bertrand, président le la région des Hauts-de-France, des élus locaux de tous bords, Louis Le France le préfet de l’Oise… il y avait du monde samedi dernier dans le parc du Palais Impérial de Compiègne. Willy Schraen, patron des chasseurs en France, et Guy Harlé d’Ophove, celui de l’Oise, ont su attirer des poids lourds à leurs côtés. Après la belle ristourne sur le permis de chasse accordée quelques jours plus tôt, ils pouvaient sourire. Mais attention, comme l’a souligné Xavier Bertrand sans rire : « Les chasseurs sont libres. C’est pas un gibier électoral le chasseur! » Ou si peu…

Le cerf abattu à la Croix-Saint-Ouen

Pour mieux comprendre d’importance de cette mise en scène, il faut remonter au samedi 21 octobre 2017. Ce jour-là, la Futaie des Amis, un équipage de vènerie dirigé par Alain Drach poursuit un cerf jusqu’à La Croix-saint-Ouen, une commune en bordure de la forêt de Compiègne. Le cervidé se réfugie dans le jardin d’une maison. Drach ne lâche pas. En l’absence des propriétaires, il enjambe le grillage. Il tente d’abord de faire sortir sa proie en la fouettant interminablement. Puis, il l’abat d’un coup de fusil. 

La scène s’est déroulée en présence des gendarmes, des riverains et d’une poignée de militants d’AVA (abolissons la vènerie aujourd’hui). Ce collectif est né un an plus tôt dans le compiégnois. Les images sont reprises par la presse locale et alimentent abondamment les réseaux sociaux. 

Dès lors, les AVA suivront toutes les chasses à courre armés de Go Pro. Non seulement cela ne fera pas rigoler les veneurs, mais ainsi épiés ils seront souvent confondus dans leurs dérives : un cerf noyé par l’équipage de Rivecourt (avec à sa tête Florence de la Geneste) ou encore des scènes d’agressions par des suiveurs en mal de reconnaissance. On retiendra le « mange tes morts » d’un homme donnant des coups de pieds à un AVA.  

Le préfet de l’Oise aux côtés les chasseurs

Guy Harlé d’Ophove, sentant probablement que parmi ses troupes certains risquaient d’avoir le coup de fusil facile, a convaincu le préfet de l’Oise (lui même chasseur) de se positionner lors d’une conférence de presse le 7 avril dernier. « Si du gros gibier, quel qu’il soit, se retrouvait en zone urbaine, j’ai donné comme consigne, ou plutôt comme instructions à la gendarmerie nationale d’abattre immédiatement ces animaux. » Et d’assurer mettre tout en œuvre pour disperser les manifestants.

En août, le coup de grâce était porté. Trois AVA recevaient une assignation en justice de l’ONF (office national des forêts) qui leur réclame 55 000 euros (somme réclamée à l’ONF par deux équipages s’estimant lésés dans leur plan de chasse à courre à cause des actions des AVA). 

Les premiers écologistes de France

Ce nouveau décor planté, restait aux chasseurs, qui se disent les premiers écologistes de France, à jouer leur comédie samedi. « Beaucoup parlent de la biodiversité et de la ruralité mais très peu agissent vraiment. Laissez faire ceux qui savent faire et privilégiez l’homme au système. Aucun projet pour la biodiversité ne peut se concrétiser s’il n’est pas porté par les hommes qui vivent sur le terrain. C’est tout le sens de la politique menée par Xavier Bertrand au conseil régional des Hauts de France « l’homme au cœur de la biodiversité, un pacte pour la nature » et ça marche, car il a eu le bon sens de confier cette mission à des chasseurs, qui savent de quoi ils parlent ! », a déclaré Guy Harlé d’Ophove (ancien élu régional FN ) qui n’a rien d’un gibier électoral, mais qui en 2016 voulait qu’on sucre les subventions aux anti-chasse. 

Profitant de sa tribune, il a lancé à destination des opposants de la chasse à courre : « Contre-vérités et informations erronés sont régulièrement diffusées par nos détracteurs sans que nous réagissions… » Les vidéos d’AVA auraient donc menti ?  « Nous voulons réaffirmer que l’Homme est au sommet de la Création, que contrairement à ce que clament certains détraqués, il n’est pas une espèce animale parmi d’autres et si animal il était, il aurait détrôner le lion et serait le roi des animaux ! » Une dernière pour garder le sourire : « La vènerie est moderne, pleine de jeunesse et extrêmement populaire !«  

Willy Schraen : « on a été bafoués, humiliés ! »

Willy Schraen, en qui ce samedi 1er septembre, certains voyaient déjà un ministre de l’écologie de poids pour remplacer Hulot, s’est lui aussi senti pousser les ailes : « il faut comprendre ces traditions. On manque de dialogue. Avec ce genre de manifestation, on va faire venir des gens qui ne sont pas de notre monde. La dernière saison de chasse a vu des choses dramatiques. Il y a des lois et la chasse a des droits. On a été bafoués, humiliés ! Cela s’annonce pire pour la prochaine saison. Agissons avant qu’il y ait l’irréparable dans la région des Hauts de France ! Je défends la vènerie aussi fort que Guy ! »

C’était drôle d’entendre ces pleurnicheries qui finalement rendent hommage à l’impact des AVA qui se sont cette année multipliés à travers la France. Et puis, il y a eu ce petit moment de bonheur, avec le recul du Préfet Louis Le Franc qui revient sur ses directives à propos de la vènerie. Plus question d’abattre les grand animaux réfugiés en ville : « Donnez des consignes précises afin d’éviter que ses situations se reproduisent. » C’est vrai, ce n’est pas très populaire tout cela… Et le peuple, n’est-ce pas l’électorat ?

Mais après cette comédie sous le soleil de Picardie, des jours bien sombres s’annoncent ce mois-çi. Les Drach et autres la Geneste vont reprendre leurs massacres, a priori bien cachés au fond des bois. Les chasseurs de tous poils vont ouvertement dégommer à qui mieux mieux. 

Il faut hélas encore en passer par là pour sensibiliser l’opinion et convaincre que les premiers écologistes de France ne sont pas les chasseurs.

Pour rappel, le REV se positionne clairement en faveur de l’interdiction de la chasse.

2 Commentaires sur “Les chasseurs jouent leur comédie

  1. Le Bouille Jean-Marc says:

    L’Homme ne serait donc pas une espèce animale parmi d’autres. Sommes-nous un végétal, ou un minéral ?… J’espère que des études sont en cours, il faut y répondre au plus vite !

  2. Kershaw says:

    Alors pour être chasseur il faut croire au Dieu de l’ancien testament?! (Qui aurait créé l’homme pour gérer le reste de sa création, aurait crée Eve – forcément inférieure – à partir d’un côte d’Adam, et qui prône la vengeance: un oeil pour un oeil et une dent pour une dent….). Cela explique pas mal de choses….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *