FAQ

Le REV, c’est quoi?

Le Rassemblement des Ecologistes pour le Vivant est un parti écologiste, antispéciste, qui a pour projet à long terme la fin de l’exploitation animale sous toutes ses formes. Mais ce mouvement ne se contente pas de promouvoir les droits des animaux: il propose un nouveau modèle de société qui inclut la défense des humains (droits sociaux, éducation, santé, libertés individuelles, …) et des écosystèmes. Animaux humains, animaux non-humains, écosystèmes: notre ambition est donc de protéger le vivant dans son ensemble, et donc toutes les entités qui sont aujourd’hui exploitées. Notre philosophie politique s’organise autour du principe de non-violence et propose de remplacer dans tous les domaines, et dès que c’est possible, la logique de l’exploitation par celle de la coopération.

Quelle différence avec les autres partis existants qui défendent la nature ou les animaux?

Le Parti Animaliste est monothématique: il ne défend que les animaux non humains. Le REV, lui, est multi-thématique (cf question précédente).

Notre vision est donc globale.

Les autres formations écologistes, quant à elles, n’ont pas encore intégré la question des droits des animaux dans leur pensée. Aucune ne défend le modèle d’une société qui cesserait d’exploiter les animaux. La principale d’entre elles promeut par ailleurs une écologie « superficielle », qui ne cherche qu’à atténuer les dégâts les plus visibles de logiques néo-libérales qu’elle ne remet réellement pas en cause en tant que telles. Le REV, quant à lui, est économiquement antilibéral.

Nous écoutons les multiples alertes des scientifiques qui nous préviennent, de plus en plus nombreux, que la croissance est un objectif aujourd’hui suicidaire et qu’il nous faut revoir nos modes de consommation et de production. Nous défendons le modèle d’une société de la sobriété matérielle et de l’opulence de bien-être. Nous promouvons une société du partage, de la solidarité et de l’empathie. Aujourd’hui, les citoyens sont contraints de se mettre au service de l’économie, dont les leviers sont dirigés par une minorité privilégiée. Nous voulons renverser cette logique injuste et remettre l’économie à sa place: c’est elle qui doit servir les citoyens. Pour cela, il convient de repenser les besoins essentiels de chacun d’entre nous, mais aussi d’identifier nos devoirs et responsabilités à l’égard du vivant. Alors seulement nous pouvons commencer à concevoir les règles économiques qui organisent nos relations d’échange.

Quelles sont les principales mesures du REV?

Une base programmatique détaillée sera présentée d’ici quelques semaines au public, à Paris. Mais voici déjà certaines des mesures que nous défendons :

  • Nous militons pour la fin totale de l’exploitation animale sous toutes ses formes. Cela signifie que nous voulons la fin des élevages et, a fortiori, des abattoirs. Nous avons conscience qu’un tel changement de société s’organise dans le temps afin de tenir compte de tous les acteurs impliqués aujourd’hui dans l’exploitation animale et qu’il convient d’associer. Nous voulons initier dès aujourd’hui une transition agricole vers un modèle agricole entièrement végétal, ce qui implique une reconversion des éleveurs, qui prendra plusieurs années. Mais dès à présent, nous pouvons mettre en place :
  • L’abolition de la corrida
  • L’interdiction des animaux dans les cirques et les delphinariums -la fermeture des zoos
  • L’interdiction des fermes à fourrure
  • L’interdiction des élevages d’oies et de canards pour la production de foie gras -l’interdiction de l’abattage sans étourdissement
  • L’interdiction de la chasse de loisir et la mise en place d’un débat sur la régulation des espèces
  • L’obligation d’une alternative végétalienne dans toutes les cantines scolaires et dans les cantines des entreprises

Nous défendons le vivant dans son ensemble. Nous demandons donc :

  • La reconnaissance du crime d’écocide
  • L’inscription du principe du respect de tout être vivant dans la Constitution
  • La fermeture des centrales nucléaires
  • La fin des énergies fossiles
  • Le développement et la généralisation des énergies renouvelables

 

Notre programme ne concerne pas que les animaux non humains et les écosystèmes. Nous développons un projet de société qui repense les droits et les devoirs de tout être humain. La solidarité, la justice et l’épanouissement personnel en constituent les piliers.

Nous militons pour la réduction des inégalités dans tous les domaines où elles s’expriment aujourd’hui.

Nous luttons donc notamment pour :

  • La défense et le renforcement des services publics de santé, de transports, et d’éducation sur l’ensemble du territoire, y compris dans les outre-mers
  • L’instauration d’un revenu universel de base et d’un revenu maximum
  • Des politiques de solidarité entre régions, pays et continents
  • L’égalité totale entre les femmes et les hommes, notamment en ce qui concerne le salaire et l’accès aux postes de responsabilité
  • Une vraie réforme constitutionnelle qui instaure de nouvelles pratiques démocratiques, lesquelles garantissent le respect de la volonté populaire et la participation de tous, sur la base de débats éclairés. Il convient de mettre fin en priorité au monarchisme républicain actuellement au pouvoir.

Qui est derrière le REV?

Le REV s’étoffe de jour en jour. Il est aujourd’hui organisé autour de son comité directeur provisoire dont les membres viennent d’horizons divers mais ont en commun un investissement militant de longue date pour le vivant :

Malena Garance Azzam: réalisatrice et monteuse indépendante, ancienne porte-parole de l’association Pour l’Egalité Animale (PEA), co-fondatrice de la Crèmerie Végane à Genève. En charge de la communication, du graphisme et des réseaux sociaux pour le REV.

Aymeric Caron: Journaliste et essayiste, ancien grand reporter, auteur de best-seller ayant rendu grand public la notion d’antispécisme et ayant popularisé largement les régimes végétariens et végétaliens comme réponse politique à l’exploitation animale. Co-fondateur et porte-parole du REV.

Célia Fontaine: juriste environnementale de formation, ancienne éditrice, journaliste indépendante spécialisée en cause animale, a notamment travaillé au Parlement européen auprès d’une élue écologiste. En charge des relations avec les adhérents et de la coordination programmatique du REV.

Benjamin Joyeux: juriste environnemental, journaliste indépendant et militant écologiste, ancien conseiller parlementaire auprès d’élus écologistes. Co-fondateur du REV en charge de sa coordination et des relations extérieures.

Jean-Marc Lahaye: entrepreneur du web spécialiste des nouvelles technologies, webmaster en charge de la communication et des outils numériques du REV.

Comment rejoindre le REV et pour quoi faire?

Contactez-nous directement pour intégrer l’un des pôles spécialisés, en précisant vos compétences afin que nous prenions le temps d’échanger avec vous.