Par Jean-Marc GANCILLE, pour la REV

Le gouvernement a présenté mercredi 7 octobre 2020 son plan pour limiter les captures accidentelles de dauphins, estimées à plus de 10.000 individus dans le golfe de Gascogne pendant l’hiver 2019/2020.

Face à cette hécatombe, au-delà de quelques mesures aux effets probablement dérisoires, les autorités françaises ont renoncé à contraindre les méthodes de pêche non-sélectives et de nouveau pris le parti de préserver la filière pêche quoi qu’il en coûte. Prétextant n’avoir pas suffisamment de « connaissances » sur ce drame, quand bien même il se reproduit chaque année et alarme régulièrement la communauté scientifique, le gouvernement a donc décidé de ne pas suivre les recommandations des experts du Conseil international pour l’Exploration de la mer (Ciem) ayant appelé à « une combinaison de fermetures temporaires des pêcheries problématiques ».

La Commission européenne qui avait ouvert en juillet une procédure d’infraction contre la France, lui donnant trois mois pour « prendre des mesures pour réduire les prises accessoires », appréciera. L’obstination des pouvoirs publics à négliger les mesures efficaces empêchant la prise accidentelle de mammifères marins dans les filets a pour conséquence le déclin irrémédiable des populations de dauphins et la déstabilisation durable des écosystèmes marins.

En niant la valeur intrinsèque des mammifères marins considérés comme de simples dégâts collatéraux, en protégeant une activité économique qui vide progressivement les océans sans nécessité nutritionnelle vitale pour la population, en développant une vision utilitariste du vivant relégué au rang de simple ressource pour satisfaire des intérêts particuliers, la France persiste dans une voie sans issue pour la planète et l’ensemble de ses habitants.

La REV appelle à reconsidérer de fond en comble cette politique afin de la mettre au service du droit à l’existence de tous les animaux sentients et de la préservation des fonctionnalités écologiques mises à mal par la surexploitation des océans, dont les humains sont totalement interdépendants.

Un commentaire sur “Face à l’hécatombe des dauphins, les autorités françaises ne font rien

  1. Suni says:

    La France est une abstraction, il s’agit d’un gouvernement au service des capitalistes, en l’occurrence ceux de la pêche. Qu’il soit élu ( si mal ) ne change rien à qui sont ses vrais donneurs d’ordre. Leur but à tous est de produire du profit, d’être concurrentiel, de gagner des marchés. L’intérêt des dauphins et des poissons dans ce contexte ne peut pas être leur problème. Comme pour le reste, la morale ou les arguments n’y feront rien, il faudra les contraindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *