Par Raven, Professeur des Écoles, pour la REV

Ce mardi 26 janvier, le monde de l’Éducation est en grève. “Encore !” diront certains, “Ils n’ont rien d’autre à faire ?! Enseigner par exemple!” Telles sont les remarques que reçoivent généralement les grévistes dans notre société … La question ou la remarque pertinente à faire ne serait-elle pas : “Pourquoi une nouvelle grève des acteurs de l’Éducation nationale?”

Si la question du “pourquoi ?” vous interpelle réellement, alors tentons de vous présenter quelques raisons (celles-ci étant nombreuses) et de comprendre ce qu’il en est.

Depuis bien longtemps, un constat alarmant est fait sur le terrain : les métiers de l’enseignement n’attirent plus et connaissent une crise. En effet, nous sommes forcés de constater que les inégalités se creusent dans nos écoles. Prenons l’exemple des classes de CP-CE1 dédoublés. Si la mesure apparaît comme intéressante pour tous nos enfants scolarisés dans les réseaux d’éducation prioritaires (REP, tant qu’ils existent encore, leurs jours sont certainement comptés), elle a des conséquences directes sur les autres niveaux : des classes de CE2 et CM surchargées ainsi que des commandes institutionnelles telles que des mesures de progrès des élèves par des évaluations nationales standardisées (de CP-CE1) qui n’ont d’intérêt que… pour le Ministère …. À ce propos, savez-vous que ces évaluations sont vendues comme un outil formidable pour constater les progrès des élèves ? Cependant, celles-ci sont à la fois craintes par les enfants, leurs parents et leurs enseignants.  Mais “pourquoi” me direz-vous ? Et bien, justement parce qu’elles sont source de stress et de compétitivité. Nous ne respectons plus le rythme de l’enfant, nous ne laissons plus de temps au temps, comme le préconisent de nombreux pédagogues tels que Piaget ou Freinet. Non, nous sommes dans une course effrénée à la productivité même au sein de l’École !!

De même que penser de ces programmes nationaux réécrits tous les 4 ans par chaque nouveau ministre ? À peine le temps de se former, de proposer du contenu pédagogique, de l’améliorer, que hop, ça finit à la poubelle ! Et il faut de nouveau tout recommencer …. Savez-vous que le Ministère a récemment rédigé une méthode de lecture officielle 1 ? Du jamais vu au sein de l’Éducation Nationale !! Si cela n’est pas la preuve d’une volonté de standardisation du métier d’enseignant et d’une privation de liberté pédagogique… C’est scandaleux !

Par ailleurs, la rémunération du corps enseignant n’est pas suffisamment attractive pour nos jeunes. Je vous vois venir… “Les profs, toujours à se plaindre de leur salaire !”, “Pourquoi se plaindre ? Ils sont plutôt bien payés, et en plus ils ont des vacances !”, “ Ils ont aussi des avantages avec des primes !” s’esclaffent certains … Le métier d’enseignant, en France, est moins bien rémunéré que dans d’autres pays européens ou dans le monde, selon des classements OCDE2. En France, il faut un master pour enseigner ! Nos jeunes vont, bien entendu, se diriger vers d’autres métiers où le salaire moyen, à niveau de diplôme équivalent, n’est pas de 1750 € net par mois. Et, on les comprend !

Qui plus est, une décision politique prise en 2010 accentue cette disparité :  le gel du point d’indice. Effectivement, depuis 10 ans, l’Éducation nationale ne permet pas aux personnels d’être moins impactés par les inflations et de posséder un réel pouvoir d’achat. Tiens, à titre d’exemple personnel, j’ai soufflé ma première bougie décennale au sein de cette institution ; et aux quelques minuscules augmentations de salaires (10€ environ), j’ai vu la CSG, les cotisations retraites et santé augmenter. Un autre exemple concret : le Ministère augmente de 12€ par mois une poignée de professeurs, et vous gagnez votre « revalorisation historique » qui enfume tout le monde ! Il promet également une « offre » de 176€ brut (150€ net) pour de l’équipement informatique… Notons qu’il est nécessaire de débourser 400€ pour l’achat d’un ordinateur, obsolète au bout de 5 ans … Et à ce jour, cette prime n’est prévue que pour les néo-titulaires… Un constat alarmant et préoccupant est donc à faire depuis 3 ans : une baisse du nombre de places au CRPE (concours des professeurs des écoles) de 2000 postes. Les conséquences directes sont : un manque alarmant de remplaçants sur le terrain et une augmentation accrue de personnels contractuels recrutés, souvent sans formation, sans expérience, sans statut et parachutés dans les classes…

Enfin, soulignons aussi qu’il n’y a pas que les enseignants qui sont en grève et qui manifestent. Il y a également des CPE, des directeurs d’écoles, des AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire), des AESH (Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap), dont on ne reconnaît ni la valeur par un statut, ni par une formation et par une rémunération digne et décente. Tous sont réunis pour crier, clamer que l’Éducation souffre et que les premiers qui payent “les pots cassés”, ce sont NOS élèves : VOS enfants ! Nul besoin de vous spécifier une nouvelle fois que beaucoup déplore une éducation au rabais …

Alors, oui les enseignants et autres personnels sont usés et fatigués. La crise sanitaire n’arrange pas les choses non plus… L’insécurité sanitaire, les exigences des différents protocoles exaspèrent davantage la tension déjà existante.

Et, entendons-nous bien, à notre époque, faire grève est le seul moyen de manifester un mécontentement, de contester des orientations politiques ou encore d’alerter nos instances sur une situation alarmante. Faut-il encore que celles-ci veuillent bien prêter l’oreille, écouter avec attention les revendications et proposer des solutions ! N’est-ce pas l’un des sens de la bienveillance tant réclamée par le Ministère de l’Éducation nationale à tout son personnel ? Alors, soutenons et soyons davantage compréhensifs avec nos enseignants grévistes (et aussi avec ceux qui sont en classe, souvent désireux de faire grève, mais qui par manque de moyens ne l’ont pas faite) plutôt que de faire des remarques acerbes…

Courage et solidarité avec le monde enseignant !

1https://eduscol.education.fr/1486/apprentissages-au-cp-et-au-ce1

2https://www.lci.fr/population/salaire-des-profs-ou-se-situe-la-france-dans-le-classement-des-pays-de-l-ocde-2170329.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *